Sydney : là où tout a commencé

Sharing is caring!

Après avoir respiré l’air pur des montagnes des Blues Mountains, il est temps de repartir à la civilisation. Rien de mieux que Sydney pour assouvir cette envie dévorante de buildings, d’activités diverses et variées, de plages et monuments renommés à travers le monde. Sydney, coeur économique de l’Australie, n’est pas une ville comme les autres, elle représente beaucoup plus pour moi. Cette grande métropole m’a permis d’être ce que je suis aujourd’hui : une personne épanouie, bien dans ses baskets. J’ai acquis bien plus que je ne le pensais. Sydney m’a rendu plus fort, plus sûr de moi et de mes choix de vie. Sans compter l’aspect « touristique » avec ses nombreuses plages, les différents quartiers ayant une ambiance, un environnement qui leur sont propre et tous les lieux pour faire la fête, prendre un verre entre amis ou apprécier la beauté de la ville. Je ne parle même pas de Bondi Beach & Manly Beach, mes endroits favoris où le surf est bien plus qu’un sport. C’est une véritable religion, une manière de penser et voir la vie d’une autre façon.

En parlant de Bondi Beach, nous avons décidé Jade & moi de poser nos affaires là bas durant notre séjour. La veille, j’avais trouvé sur Booking une auberge de jeunesse pas très chère qui fera grandement l’affaire. Concernant Patricia, celle-ci a trouvé une vague connaissance ayant accepté de l’héberger dans le CBD. Je suis content qu’elle ait trouvé un lieu gratuit où dormir mais je ne peux m’empêcher d’être un peu déçu par sa manière de faire. Pour moi, la conception d’un road trip à plusieurs est en partie bâtie sur la cohésion de groupe, le fait de trouver tous ensemble des solutions afin que personne ne reste sur le carreau, à devoir se débrouiller seul. Bien entendu, si j’étais elle, j’aurais accepté la proposition du logement gratuit. Cependant, j’aurais fait les choses autrement. Tout d’abord, j’essaierais de demander s’il serait possible d’héberger mes 2 amies de road trip. Evidemment, ceci est compliqué car, généralement, les gens ont des appartements un peu petit ou en colocation ce qui demande l’approbation des autres. Dans le cas où ce ne serait pas possible, j’aurais alors discuté de la situation avec les autres afin de savoir si cela ne les gênaient pas de les quitter au niveau de l’hébergement. Enfin, je les aurais aidées à trouver une location ou une auberge de jeunesse pour m’assurer que personne ne dormirait à la belle étoile.

Patricia ayant choisi une autre manière de faire, cette dernière nous a mis sur le fait accompli, 2, 3 jours avant notre arrivée sur Sydney. De mon côté, j’avais également trouvé une amie qui pouvait m’héberger mais n’ayant qu’une place, j’avais décliné la proposition. Ce ne serait pas correct vis-à-vis de Jade, cette dernière se retrouvant alors seule. La situation m’aurait fortement gêné et je me serais senti coupable de la laisser tomber au dernier moment. Du coup, je commence à voir Patricia d’un autre oeil que je n’apprécie pas tellement mais passons, chacun est libre de faire ce qu’il lui plaît. L’égoïsme ne fait pas partie de mon caractère, contrairement à d’autres.

Du coup, nous voilà parti pour Bondi Beach directement. Je ne vais pas faire un crochet par le CBD pour déposer Patricia chez son amie avec qui elle n’a pas parlé depuis des mois soit dit en passant. Demander une faveur à quelqu’un dont je me fichais complètement de savoir ce qu’elle devenait, je ne trouve pas ça correct non plus… Avant d’arriver à destination, il nous faut traverser Sydney en voiture ce qui ne m’enchante guère. Si vous pensez que conduire à Paris est compliqué, essayez Sydney. La densité du trafic, les nombreuses sorties dont les panneaux vous informent de l’embranchement au dernier moment et les péages que vous pouvez payer plusieurs fois si vous vous trompez de chemin, la conduite ici est loin d’être une partie de plaisir. Ne voulant pas passer par le Harbour Bridge, payant, avec son trafic infernal et ses millions de sorties, j’avais programmé sur le GPS un itinéraire gratuit.

L’entrée dans Sydney se fait sans encombre mais comme vous pouvez vous en doutez au bout d’un moment, je me trompe de chemin. D’ailleurs, je ne pouvais pas faire cela au pire endroit, juste avant de passer le Harbour Bridge. Pour couronner le tout, je le prends, dans le sens opposé à Bondi Beach ! Nous voilà bon pour payer le péage et chercher un moyen de faire demi-tour ce qui n’est pas une sinécure. Cette petite erreur nous coûtera bien 1h de plus par rapport au temps initialement programmé par notre GPS. Mais l’essentiel est d’arriver à bon port, sans aucun dégât, ce qui est le cas. Par chance, je trouve une place de parking juste en face de l’auberge de jeunesse, idéale pour sortir nos affaires et les déposer dans notre chambre.

A la réception du backpack, nous faisons le check-in et avons droit à une agréable surprise. Nous avons réservé une chambre de 2 personnes seulement. Moi qui pensais la partager avec 3 voire 4 autres personnes, je suis enchanté et Jade l’est tout autant ! Sur le chemin de notre chambre, j’en profite pour regarder un peu l’hôtel dans lequel nous allons dormir plusieurs nuits. On ne peut pas dire que ce soit un 4 étoiles. Ce n’est pas la vétusté du lieu qui me gêne mais plutôt la propreté, principal problème des auberges de jeunesse généralement. Je crois que le pire est la cuisine en sous sol, mal éclairée et peu accueillante où j’ai vu passer 3 cafards sur les murs. Je ne pense pas que je viendrai souvent ici. Mais bon, pour le prix et le fait d’avoir une chambre de 2 avec le WIFI, je ne vais pas me plaindre.

Les affaires rangées, je propose aux filles de repartir à la voiture et essayer de trouver dans les environs une place où le stationnement est gratuit, ce qui va s’avérer être une autre difficulté à surmonter. Comme dans toutes les grandes villes, 90% des places de parking sont payantes et plus particulièrement dans les lieux touristiques comme l’est Bondi Beach. Nous empruntons toutes les rues que nous voyons devant nous sans grand succès. Puis nous passons à une autre stratégie, demander aux habitants du quartier s’ils ont la connaissance d’un pareil endroit. Le 1er essai n’est pas concluant, Jade se fait rembarrer par un couple de personnes âgées très désagréables. Au bout d’un moment, Patricia souhaite se garer dans une petite rue avec peu de trafic même si l’emplacement est payant ce que je refuse catégoriquement. Comme à son habitude, pour elle tout est simple mais ce n’est pas sa voiture qui recevra un PV ou se fera embarquer par la fourrière. Du coup, à mon refus, un léger froid s’installe. Celui-ci est balayé en un instant par une personne qui nous indique une rue gratuite près de la gare routière de Bondi Beach. Connaissant le quartier, je vois à peu près où cela se situe grâce aux indications de notre ange gardien. Néanmoins, au moment où je me lance dans les rues, Patricia m’indique que je me trompe de route. Je lui explique gentiment que je sais où je vais mais celle-ci n’est pas d’accord avec moi. Du coup, après avoir tourné dans la mauvaise partie du quartier, je décide de suivre mon instinct et aller à l’opposer de notre position ce qui s’avère payant ou plutôt gratuit (je sais la blague est nulle, pour ceux qui l’ont comprise, mais il fallait que je la fasse). Par contre, comme je le craignais, je me vois obliger de faire un créneau avec ma grosse Furiosa… Après plusieurs essais et l’aide des filles pour me guider, j’arrive à me garer parfaitement entre 2 voitures.

créneau bondi

Maîtrise totale du créneau

Maintenant que l’installation à Bondi Beach est terminée, il est temps de profiter de l’après-midi. Nous décidons de marcher le long de la plage la plus célèbre du monde où j’ai passé de nombreuses heures à bronzer, nager et surfer bien évidemment. Durant cette balade, j’ai comme un sentiment de nostalgie qui m’envahit. C’était le bon vieux temps et ce moment de ma vie me manque terriblement. Mon quotidien se résumait à surfer, aller à la salle de sport, travailler au Westfield et boire un verre avec mes amis. Depuis, bien des choses se sont passées mais rien n’a réussi à égaler Sydney. La vie sur la Gold Coast était sympa avec des rencontres inoubliables notamment Rafaela & Peiling, de véritables amies sur qui je peux compter. Cependant, le quotidien n’était pas aussi cool et intéressant qu’à Sydney. A la vue de Bondi Beach, je n’ai qu’une envie, rester ici pour la vie. Dans ma tête, je commence à échaffauder des plans, trouver une solution me permettant de rester après la fin de mon visa qui se termine dans quelques mois. Et je ne vois qu’une seule possibilité, le visa étudiant qui me tente de plus en plus. Par contre, ce visa, plus contraignant et largement plus cher que le Working Holiday, m’incite à mettre cette idée de côté et de ne pas s’emballer par le simple fait de fouler de nouveau le sable de Bondi Beach.

bondi

Welcome back to Bondi Beach

Après avoir pris plusieurs photos, nous partons nous balader sur la Coastal Road qui part de Bondi pour rejoindre Coogee Beach, avec une vue incroyable sur l’océan, les falaises et les plages dont ma préféré Tamarama. 1h de marche plus tard, nous repartons à notre backpack pour prendre une douche bien méritée et partir dans le CBD où j’ai proposé à Jade de dîner dans l’un de mes restaurants favoris. Patricia, quant à elle, préfère rester la soirée avec son amie, ce que je comprends totalement. Direction Bondi Junction où nous prenons le train pour nous rendre à Kings Cross, mon autre ancien chez moi après Bondi Beach. Nous quittons Patricia pour nous rendre dans le quartier de Surry Hills où se situe le restaurant Italien que vous connaissez déjà normalement. Mais siiii, souvenez-vous, j’avais dédié un article à cette soirée où j’y étais allé avec Fabiolà, Eliza & Kaylie à mes débuts à Sydney. Pour ceux qui ne s’en souviennent pas, je vous invite à lire l’article en question : https://fabienaupaysdoz.com/2015/12/13/une-soiree-a-litalienne/

coastal road

Coastal Road de Bondi à Coogee

restaurant italien surry hills

Calzone & Spritz à Surry Hills

Notre dîner se passe merveilleusement bien. Nous avons droit à une table en terrasse où je commande un apéritif, un spritz, ainsi qu’une délicieuse calzone. Après quelques bouchées, Jade me confirme que ce restaurant est excellent avec des prix raisonnables pour Sydney. Pendant cette soirée, nous en profitons pour organiser un peu les journées suivantes dans la ville. Ayant vécu 6 mois ici, je me permets de faire un programme qui convient parfaitement à Jade mais bien entendu rien n’est figé. Nos plans pourront très bien évoluer au fil de nos visites. Nous finissons notre repas et décidons de repartir à l’auberge pour nous coucher, fatigués par la journée bien remplie une fois de plus. Je ne veux pas être trop crevé car demain je dois me lever assez tôt. Oui, je vais avoir le plaisir de retrouver une amie que je n’ai pas eu l’occasion de voir depuis mon départ de Sydney. Mais ça, vous le découvrirez lors de mon prochain article.

Sharing is caring!

5 Commentaires

Répondre à fabienaussie Annuler le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *