Melbourne, deuxième jour

Sharing is caring!

Levé le premier, je me prépare tranquillement tout en organisant le programme de ma journée. Encore une fois, je pars seul car j’ai envie de profiter pleinement de ce séjour et ne pas avoir à attendre que tout le monde soit prêt. Sans parler du fait que je n’ai pas très envie de rester avec Patricia qui risque de me polluer ma journée inutilement.

Un petit-déjeuner français

Ce matin, j’ai envie de prendre un bon petit-déjeuner dans un style purement français. Oui, de temps en temps, je dois avouer que le mode de vie à la française me manque un peu, surtout au niveau gastronomique ! L’année dernière, lors de ma première visite, Aricia m’avait amené dans un petit café français qui ne paie pas de mine, mais donne un avant-goût de notre boulangerie traditionnelle. Situé près du Casino Crown, le coffee shop « A Treat of France », propose aux clients de bonnes boissons chaudes accompagnées de viennoiseries, desserts ou en-cas salés.

Après un court trajet en tram, j’arrive dans le quartier de Southbank et rentre dans le café où je suis accueilli chaleureusement. Je commande un chocolat chaud et un pain au chocolat avant de m’installer à une table. J’en profite également pour recharger mon téléphone portable. La journée étant riche en visites, je veux être capable de prendre autant de photos que je le souhaite.

Nourriture française

Il y a comme une odeur de France. Crédit photo : Fabien CHAN OU TEUNG

Une matinée dans les jardins de Melbourne

Le ventre rempli, je m’envole pour ma première destination, à savoir le Royal Botanic Garden. S’étendant sur plusieurs hectares, ce jardin botanique est composé d’une végétation diverse et variée : des arbres et plantes exotiques venant des quatre coins du monde, un grand lac où les canards barbotent et passent du bon temps, ou encore des serres abritant des fleurs fragiles mais d’une grande beauté.

Au beau milieu de cette flore abondante, des bancs ont été installés un peu partout afin que les « randonneurs » puissent faire une pause de quelques minutes et contempler le paysage avant de reprendre leur marche. Des artistes se sont également installés afin de reproduire cette beauté végétale sur leur toile ou leur papier Canson. Gouache, crayons, fusains ou encore pastels, chacun utilise son « arme » favorite pour mettre en exergue cette nature et tous les petits détails qui échappent à l’œil des passants, mais donnent à ce paysage tout son caractère.

Royal Botanic Garden

Venez profiter de la nature en pleine ville. Crédit photo : Fabien CHAN OU TEUNG

Lac RBG

Lieu parfait pour profiter du soleil. Crédit photo : Fabien CHAN OU TEUNG

Royal Botanic Garden

Ou peut-être ici aussi. Crédit photo : Fabien CHAN OU TEUNG

Ayant perdu la notion du temps, je regarde ma montre pour m’apercevoir que je suis ici depuis déjà deux heures. Je réactive le Wifi de mon téléphone (que j’avais éteint pour économiser de la batterie) et ai la surprise de lire un magnifique message de Patricia. Cette dernière m’accuse de la laisser de côté, de ne faire aucun effort et même de ne pas l’intégrer dans les activités que nous avons réservé avec Jade avant de partir en road trip. Elle est quand même gonflée ! Quand je pense que je lui ai demandé au moins trois fois si elle voulait venir avec nous pour faire, par exemple, la cage aux requins à Port Lincoln, j’aurais mieux fait de ne pas lui proposer. Ses reproches auraient alors été justifiés. Je déteste les gens indécis qui ne savent pas trop ce qu’ils veulent faire mais qui, par la suite, font des reproches et se sentent délaissés voire abandonnés. Encore une fois, mon sang méditerranéen se met en ébullition et je décide de lui répondre de manière brutale et violente mais sans insultes. Suite à ma réponse qui m’a bien défoulé, j’éteins une nouvelle fois le Wifi pour revenir à des choses plus agréables.

Le Mémorial des guerres mondiales

A l’entrée du Royal Botanic Garden, la ville de Melbourne a érigé le Shrine of Remembrance, un sanctuaire en souvenir des femmes et hommes ayant combattu durant les deux guerres mondiales. Ce lieu de mémoire est également un musée exposant des uniformes, des armes utilisées à cette époque et l’Histoire à travers les yeux de l’Australie.

Cet édifice de granite a été bâti par deux architectes, vétérans de la première guerre mondiale, ayant posé la première pierre en 1927. Pour ceux calés en histoire, vous aurez constaté que la construction a eu lieu durant l’entre-deux-guerres et non après la Seconde Guerre Mondiale. A l’origine, ce sanctuaire était destiné à rendre hommage à la guerre de 1914-1918 uniquement. Compte tenu de la suite des événements, le Shrine of Remembrance est désormais un monument dédié à la guerre mondiale de 1939-1945 également.

A la vue de ce sanctuaire, je ne peux m’empêcher de comparer l’architecture du monument à celle de la Grèce antique. Ce toit très triangulaire, ces grosses pierres alignées parfaitement et ces statues de divinités accompagnées de lions majestueux me font penser au Parthénon d’Athènes. N’étant pas un expert en la matière, je ne suis pas sûr de ce que j’avance, jusqu’à ce que je lise la plaque commémorative confirmant mes pensées. Les architectes ont bien pris le parti de s’inspirer des grands monuments gréco-romains de l’Antiquité.

Shrine of Remembrance

Le Shrine of Remembrance. Crédit photo : Fabien CHAN OU TEUNG

Statue Shrine of Remembrance

Une statue au style gréco-romain. Crédit photo : Fabien CHAN OU TEUNG

Étant un vrai fan de cette époque, je reste à contempler de l’extérieur le Shrine of Remembrance pendant plusieurs minutes avant de me décider à rentrer.

Un parti-pris historique étonnant

A l’intérieur, un hommage aux combattants est en train de se dérouler. Par respect, j’essaie de faire le moins de bruit possible et prends les escaliers pour me diriger sur le toit. Arrivé au sommet, j’ai la chance d’observer une vue magnifique. Devant moi, la grande allée pavée, commençant à l’entrée du sanctuaire, se dirige en ligne droite vers le CBD (Central Business District ou centre des affaires en français) de Melbourne avec ses grandes tours.

Vue Melbourne

Vue du haut du toit du Shrine of Remembrance. Crédit photo : Fabien CHAN OU TEUNG

J’en profite pour prendre de belles photos avant de redescendre au rez-de-chaussée et constater la fin de la cérémonie. Au milieu de la pièce, une grande statue d’un soldat trône fièrement, avec à ses pieds un bouquet de fleurs rouges. Derrière lui, des plaques commémoratives ainsi que des drapeaux (dont j’ignore l’origine, hormis le Royaume-Uni et l’Australie) ont été exposés également.

Statue Melbourne

Statue d’un officier australien. Crédit photo : Fabien CHAN OU TEUNG

De l’autre côté de la pièce, je m’aperçois que des escaliers conduisent au sous-sol. Ma curiosité me pousse à descendre et je me retrouve ainsi dans un « musée » relatant l’histoire des deux guerres mondiales. Beaucoup d’objets et d’habits sont présentés, mais aussi des vidéos et archives afin d’expliquer au public les tenants et aboutissants ayant amené à l’escalade de cette violence.

Avant de me précipiter dans ce musée, je décide de faire un arrêt aux toilettes pour me « rafraîchir » un peu. En fermant la porte des toilettes, je m’aperçois que sur le côté de la cabine, un panneau d’instructions a été accroché. A la lecture des explications, accompagnées de dessins afin que cela soit plus compréhensible, je ne peux m’empêcher de rire. Je m’arrête plus particulièrement sur les deux premières illustrations indiquant qu’il est strictement interdit de faire ses besoins par terre ou de se mettre debout, en équilibre sur la cuvette des toilettes. C’est tellement ridicule que ça en devient risible. Je crois que le pire, c’est de savoir que des personnes ont été assez stupides pour le faire, d’où cette mise en garde.

Toilettes Shrine of Remembrance

Notice d’utilisation des toilettes du Shrine of Remembrance. Crédit photo : Fabien CHAN OU TEUNG

Bon, retournons à la partie culturelle de ma visite. Je suis content que les Australiens aient eu l’idée de créer ce petit musée, car on ne peut pas dire que dans ce pays, la culture soit très développée. L’Australie et ses habitants sont très gentils et accueillants, mais il faut avouer que la curiosité, l’histoire et la culture au sens large du terme ne soient pas leur point fort. C’est peut-être parce qu’ils sont éloignés du reste du monde qu’est né ce désintérêt, mais en tout cas, ça fait du bien de voir de temps en temps ce genre d’endroits.

Par contre, je suis quelque peu chiffonné par la manière dont est relatée l’Histoire. Sans dénigrer leur participation aux deux guerres mondiales, ayant engendré des pertes humaines de leur côté, je ne pense pas que l’Australie ait fait partie des acteurs majeurs des batailles. A la lecture des textes et après avoir visionné les documentaires du musée, on a l’impression que c’est pourtant le cas.

Un deuxième élément m’interpelle également. Pour la Seconde Guerre Mondiale, à aucun moment, on ne parle d’Hitler, Staline, Mussolini ou encore du général De Gaulle, personnages pourtant emblématiques de cette guerre. Les explications du musée s’attardent plutôt sur la participation de l’Australie à certaines batailles en Europe et en Afrique du Nord, ou encore à l’attaque de Pearl Harbor. D’ailleurs, les grands méchants de l’histoire sont plutôt les Japonais, les nazis arrivant au second plan dans certains récits.

Étant en Australie, je trouve normal de mettre en avant le pays et son implication dont je n’en avais aucune idée. Par contre, j’ai le sentiment que l’histoire des deux grandes guerres a été quelque peu modifiée. N’oublions pas que l’action a eu lieu principalement en Europe avec la France, l’Allemagne, l’Autriche, l’Italie ou encore le Royaume-Uni.

Uniformes guerre

Uniformes portés durant la guerre. Crédit photo : Fabien CHAN OU TEUNG

Un bon déjeuner à Chinatown

Suite à cette explication de l’Histoire très surprenante, je quitte le Shrine of Remembrance pour aller déjeuner dans le quartier de Chinatown. Si vous voulez un repas copieux et pas cher, il n’y a rien de mieux que les restaurants asiatiques !

Je fais le tour des petits « bouis-bouis » typiques avec leurs canards laqués pendus et exposés en vitrine avant d’entrer dans l’un d’entre eux. Comme ils se ressemblent tous, j’ai choisi purement par hasard. Enfin, pas totalement non plus. J’ai sélectionné celui où la clientèle était composée uniquement de Chinois (gage de confiance).

A peine arrivé, je suis installé rapidement et commande dans la foulée. Au bout de seulement quelques minutes, mon plat arrive : un mélange canard laqué et porc au caramel accompagné de riz. Le repas est vraiment délicieux, je ne regrette pas du tout mon choix.

Plat chinois

C’est bon !!! Crédit photo : Fabien CHAN OU TEUNG

Balade dans le CBD avant les retrouvailles

Comme je l’avais programmé avant d’arriver à Melbourne, je dois retrouver mon amie Aricia en cette fin d’après-midi. En attendant que l’heure arrive, j’en profite pour me balader un peu dans le CBD de Melbourne.

CBD

Bienvenue dans le CBD de Melbourne. Crédit photo : Fabien CHAN OU TEUNG

CBD

Architecture bizarre mais sympa. Crédit photo : Fabien CHAN OU TEUNG

Je me promène entre les buildings, passe devant les boutiques du centre-ville, m’extasie devant la vitrine du salon de thé où j’avais mangé de délicieux gâteaux l’année dernière et me pose dans le jardin du Melbourne Museum avec sa magnifique fontaine. Pour terminer ce merveilleux tour, je passe devant Parliament House (le parlement australien) où j’assiste à une manifestation contre la privatisation des services aux personnes handicapées (si mes souvenirs sont justes).

The Walk Arcade

The Walk Arcade, parfait pour faire du shopping. Crédit photo : Fabien CHAN OU TEUNG

Gourmandises Melbourne

J’ai comme un petit creux, pas vous ? Crédit photo : Fabien CHAN OU TEUNG

Mariage jardin melbourne

Un mariage dans les jardins de Melbourne. Crédit photo : Fabien CHAN OU TEUNG

Fontaine jardin melbourne

Splendide fontaine dans le jardin du Melbourne Museum. Crédit photo : Fabien CHAN OU TEUNG

Depuis que je suis arrivé en Australie en septembre 2015, c’est bien la première fois que j’assiste à cela. N’étant plus habitué aux grèves répétitives (mises en place pour un oui ou pour un non en France), je suis surpris d’y assister à Melbourne. Du coup, comme beaucoup de badauds autour de moi, je m’arrête et observe un peu cet étrange balai entre :

  • Les manifestants ;
  • Les policiers qui tentent de fluidifier le trafic routier ;
  • Les chaînes de télévision qui essaient d’avoir le meilleur plan possible afin de montrer à la fois le parlement, la manifestation et le désordre que cela génère. Tout ceci en mettant bien sûr en avant la formidable journaliste, blonde et jeune de préférence avec un décolleté plongeant. Du coup, je ne sais pas si le plan arrière est si utile que cela…
Manif Parlement

Manifestation devant le Parlement australien. Crédit photo : Fabien CHAN OU TEUNG

Une formidable fin de journée

Cette promenade terminée, je m’empresse de rejoindre le lieu de rendez-vous avec Aricia dans une allée non loin de là. Je n’attends que quelques minutes avant de la voir apparaître au coin de la rue. Nous nous prenons directement dans les bras, tellement heureux de nous retrouver. Il faut dire que cela fait un peu plus d’un an que je ne l’avais pas vue ! La joie est immense, mais avant de commencer à discuter en détails de nos vies respectives, nous décidons de partir prendre une boisson chaude au San Churro, une chaîne de coffee shops très connue en Australie.

Nous discutons de tout et de rien pendant bien une heure avant de se décider à quitter le café pour nous balader dans les rues de Melbourne. Bien qu’il ne soit que 18h30, la nuit noire est déjà tombée sur la ville. Nous passons devant l’Université et le Hardrock Climbing où, grâce aux grandes baies vitrées, on peut voir de l’extérieur des gens grimper des murs d’escalades.

Escalade Melbourne

Le Hardrock climbing et ses murs d’escalade. Crédit photo : Fabien CHAN OU TEUNG

Restaurant et cinéma pour terminer en beauté

Après avoir traversé de nombreuses rues, nous arrivons au quartier italien où nous sommes attendus. Nous devons rejoindre Neil, le nouveau copain d’Aricia, qui nous attend devant un restaurant (italien, bien évidemment). Mon amie tient absolument à ce que je le rencontre car sa relation a l’air d’être bien partie pour être sérieuse.

quartier italien Melbourne

Je pense que l’on est bien dans le quartier italien. Crédit photo : Fabien CHAN OU TEUNG

Nous arrivons devant le restaurant où je fais la connaissance de Neil. Plein d’énergie, très positif et ayant l’air de croquer la vie à pleines dents, ce dernier me parle un peu de lui et de ses passions. Grand amateur d’escalade, il a malheureusement dû s’arrêter suite à un accident l’ayant privé de l’usage de ses jambes. Désormais en fauteuil roulant, ce dernier me parle de son autre passion, le bateau. Loin d’être un amateur, Neil participe à de nombreuses compétitions internationales où il amène à chaque fois son bateau. Tout en faisant connaissance, nous dégustons un succulent plat de pâtes jusqu’à devoir quitter le restaurant.

dîner aricia

Aricia (à droite) et moi au restaurant italien. Crédit photo : Fabien CHAN OU TEUNG

Nous avons réservé des places dans un cinéma de quartier pour voir le film Hidden Figures. A l’intérieur du Cinéma Nova, je ressens une ambiance très particulière. La décoration, les uniformes des employés et les salles vous embarquent dans un petit cinéma des années 50-60, comme on peut en voir dans certains films.

Nous nous installons confortablement sur l’un des sièges en velours marron de la salle et profitons de la séance. Le film est une véritable merveille ! Il raconte la vie réelle de trois femmes noires des années 60 travaillant en tant que mathématiciennes pour la NASA. Dans une époque où le racisme, la catégorisation des races ainsi que la misogynie étaient monnaie courante aux États-Unis, ces femmes brillantes se sont battues pour être respectées et reconnues dans leur métier. Pour ceux qui ne l’ont pas encore vu, je vous conseille fortement de le regarder.

Le film terminé, Aricia et Neil me raccompagnent jusqu’à la station de tram la plus proche dont la ligne s’arrête à quelques pas de mon auberge. Ne sachant pas quand auront lieu nos prochaines retrouvailles, nous nous faisons un gros « hug » (calin) à l’australienne avant de nous séparer. Cette journée a été une véritable bouffée d’air frais. Tout en prenant mon temps, j’ai pu visiter tous les lieux que j’avais prévu de voir et ai passé un agréable moment avec Aricia et Neil.

Arrivé à l’auberge, je prends rapidement une douche avant d’aller me coucher, épuisé mais heureux. Je ne sais pas trop comment va se passer la journée de demain, mais avec l’ambiance très tendue, je ne pense pas que ce sera la grande rigolade…

Sharing is caring!

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *