Adélaïde, un séjour court et pluvieux

Sharing is caring!

Alors qu’une fine pluie tombe et résonne sur le toit métallique de la voiture, je me réveille un peu contrarié de voir ce ciel très nuageux qui n’augure rien de bon. Le camping est un mode de vacances agréable lorsque le temps est chaud et ensoleillé. Par contre, cela est vite gâché par le froid et la pluie auxquels s’ajoute le manque de confort.

Imaginez-vous, à six heures du matin, les yeux à moitié ouverts, sortir de la voiture et poser les pieds dans l’herbe mouillée, devoir se changer avec une température extérieure frôlant le zéro degré, sans possibilité de prendre de douche, il est alors difficile de garder le sourire et de se dire que la journée va bien se passer. Heureusement, le cadre est assez sympa, avec un lac paisible où barbotent de nombreux oiseaux.

calme camping

Un bel endroit calme pour camper. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Lac camping

Le lac en face du camping. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Préparation de notre séjour à Adelaïde

Nous partons prendre notre petit-déjeuner dans la ville la plus proche où des toilettes publiques sont placées juste à côté d’un parc. Suite à un « débarbouillage express », nous nous installons en-dessous d’un kiosque où des prises électriques nous permettent de recharger nos téléphones portables tout en nous protégeant de la pluie.

Nous profitons de cet instant pour organiser notre séjour à Adélaïde où nous n’allons rester que deux petits jours. La deadline pour arriver à Perth s’approche rapidement, ce qui nous contraint à faire des stops d’un, deux voire trois jours maximum (les arrêts à Sydney, Melbourne et  le circuit sur la Great Ocean Road ayant été chronophages).

Tout d’abord, nous devons trouver une auberge de jeunesse où passer la nuit, en tenant compte de plusieurs critères :

  • Un prix abordable ;
  • Une place de parking (fini de galérer et tourner dans le quartier pour trouver un parking gratuit comme à Sydney et Melbourne) ;
  • Idéalement située entre le centre-ville et la marina où je dois me rendre le lendemain matin pour ma rencontre avec les dauphins (enfin si ce n’est pas annulé…) ;
  • Avec des critiques positives dans l’ensemble (évitons les backpacks insalubres ou trop bruyants).

Toutes ces contraintes nous permettent de trouver, en quelques instants, l’endroit idéal à savoir le « Backpack Adelaïde Travellers Inn ». Sans plus attendre, je téléphone et réserve une chambre de trois pour une nuit seulement.

Le problème de l’hébergement résolu, nous organisons notre journée de demain. Je dois être à la marina à sept heures du matin afin de prendre un bateau et partir au large pour nager avec les dauphins durant trois heures. Pendant ce temps, les filles en profiteront pour visiter Adélaïde et me rejoindront aux alentours de midi afin de reprendre la route.

Une arrivée pluvieuse

Il nous faut un peu moins de deux heures pour rejoindre Adelaïde, la capitale de l’État du South Australia et cinquième ville d’Australie après Sydney, Melbourne, Brisbane et Perth. Cette ville côtière doit son nom à la reine Adélaïde, épouse de George IV, roi du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande de 1830 jusqu’à sa mort en 1837.

Nous garons la voiture dans le parking de l’auberge, faisons notre check-in afin de déposer nos valises sans plus attendre et partons prendre une douche. Puis nous traversons la route pour prendre un verre dans un pub et déjeuner avant de partir visiter la ville. Enfin, c’est ce qui était prévu… Durant notre repas, un orage a décidé de s’arrêter juste au-dessus Adélaïde. Des trombes d’eau déferlent dans les rues, rendant impossible la promenade.

Pas le choix, changement de plan, nous allons nous atteler à faire nos lessives dans la buanderie du backpack. Compte tenu de la quantité importante de vêtements, nous partons à tour de rôle enclencher une machine et un sèche-linge tandis que les deux autres restent à la table du pub. Le wifi étant gratuit, nous en profitons pour donner de nos nouvelles sur les réseaux sociaux, envoyer des photos de notre périple à nos amis et notre famille. J’utilise cet après-midi pour écrire des cartes postales que j’ai achetées depuis que nous avons quitté la Gold Coast. Même si Internet nous permet de communiquer facilement avec les autres, j’aime bien écrire et envoyer des cartes qui font toujours plaisir. Je trouve que c’est plus personnel qu’un simple message sur Facebook. Même si les nouvelles technologies ont changé beaucoup d’habitudes dans notre quotidien, certaines pratiques resteront ancrées à jamais malgré les évolutions, dont l’envoi de cartes postales.

Mauvaise nouvelle…

En milieu d’après-midi, je reçois un appel de la part de l’agence qui organise la rencontre avec les dauphins prévue demain. Comme je le redoutais, l’excursion est annulée pour cause de mauvais temps. Dès le réveil, je sentais que cette journée allait être désastreuse et je ne me suis pas trompé. Déçu et triste, j’accuse le coup. Voilà que mes plans du lendemain changent également. Je me contenterais donc de visiter Adelaïde avec les filles.

La nuit tombée, nous repartons à l’auberge et allons vite nous coucher, impatients que cette journée se termine.

Visite d’Adelaïde

Le soleil est enfin de retour ! Nous allons pouvoir pleinement profiter de cette journée pour visiter les lieux incontournables de la ville. L’auberge proposant gratuitement des locations de vélos, nous sautons sur l’occasion pour en prendre un chacun et partir à l’aventure dans les rues d’Adelaïde.

Balade Adelaïde

Balade en vélo dans Adelaïde. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Cette fois-ci, je laisse les filles diriger les opérations. Ces dernières ont prévu de passer la matinée au Central Market, le marché principal de la ville (que l’on peut comparer au Queen Victoria Market de Melbourne). Depuis 148 ans, le Central Market offre une grande diversité de produits alimentaires venant des quatre coins du globe avec environ 70 commerçants. Ce lieu est une véritable fourmilière où vous trouverez tout le nécessaire pour préparer un bon repas : légumes, fruits, viande, fromage, gâteaux… Les senteurs provenant des étals me donnent l’eau à la bouche mais mon budget serré ne me permet pas de faire des folies. Je me contente de déambuler dans les allées et regarder cette nourriture délicieuse sans rien acheter.

Stands Central Market

Les stands du Central Market. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Allées Central Market

Dans les allées du Central Market. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Juste derrière le Central Market se trouve le quartier de Chinatown avec ses boutiques souvenirs et ses restaurants bon marché. Nous passons rapidement devant un food-court proposant une grande diversité de plats asiatiques (thaï, chinois, japonais…) mais sans nous arrêter (11h30 c’est un peu tôt pour déjeuner). Jade en profite pour acheter des cadeaux souvenirs qu’elle ramènera en France pour son entourage. Pour ma part, je ne suis pas un grand fan de ce genre de cadeaux qui finissent souvent à la poubelle. À la place d’un cendrier ou d’un magnet à mettre sur le frigo, je préfère recevoir une carte postale ou des spécialités du pays, de la région. Concernant l’Australie, à part la Vegemite (une pâte à tartiner salée à base de levure de bière) très désagréable en bouche si vous n’êtes pas Britannique ou Australien et les Tim Tam (des biscuits au chocolat), il n’y a pas grand-chose à ramener en termes de nourriture.

Chinatown entrée

Bienvenue à Chinatown. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Food-court Chinatown

Un food-court asiatique. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

La visite du quartier terminée, nous reprenons les vélos et partons vers le jardin botanique pour profiter d’un peu de verdure. Comme dans toutes villes australiennes qui se respectent, le jardin botanique est une obligation lorsque vous dépassez un certain nombre d’habitants. Celui d’Adelaïde n’a rien à envier à ceux de Sydney, Melbourne, Brisbane ou Cairns :

  • Des allées calmes et verdoyantes ;
  • Des arbres centenaires, d’une hauteur vertigineuse ;
  • Des perroquets, cacatoès et ibis partant à la rencontre des passants pour quémander de la nourriture ;
  • De belles serres en verre qui abritent des plantes tropicales ;
  • Des fontaines disposées ça et là amenant une touche artistique et poétique.
Jardin botanique rivière

La rivière traversant le jardin botanique. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Allées jardin botanique

Dans les allées du jardin botanique. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

pampa jardin botanique

Un style pampa désert au jardin botanique. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

serre jardin botanique

La serre du jardin botanique. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Jardin botanique serre

Dans la serre du jardin botanique. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Jardin botanique arche

Très romantique, n’est-ce pas ? Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Nous terminons notre balade en vélo par le centre-ville et sa rue principale Grenfell Street où se concentrent les magasins, les centres commerciaux, le cœur économique de la ville.

Dans les rues (et même depuis notre arrivée à Adelaïde), j’ai constaté que les habitants sont quelque peu étranges dans leur comportement. Ils ne sont ni violents ni désagréables, bien au contraire. C’est juste qu’ils sont, comment dire, un peu spéciaux. Vous rencontrez très souvent des gens un peu simplets, qui n’ont pas forcément toute leur tête. Comparé aux autres endroits que j’ai visité, c’est bien la première fois que je remarque cela. D’ailleurs, lorsque plus tard, je contacte mon amie australienne Peiling (qui vit sur la Gold Coast) et lui fait part de mon étonnement, celle-ci me confirme mon ressenti : « Tu sais Fabien, les habitants d’Adelaïde sont très gentils et très chaleureux mais ils sont aussi très limités… » Du temps qu’ils ne sont pas agressifs et impolis (comme c’est souvent le cas à Paris par exemple), je n’ai aucun problème, ni aucune gène avec eux.

Le centre d’Adelaïde est très agréable. En sortant de la rue commerçante de Grenfell Street avec ses immeubles au style contemporain, nous tombons sur des quartiers avec un charme d’antan, une architecture de l’époque victorienne, aux murs rouge-orangé.

Grenfell Street

Grenfell Street. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Cochons Grenfell Street

Des cochons vous indiquent les poubelles à Grenfell Street. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Adelaide Arcade Grenfell Street

Entrée de la galerie marchande Adelaide Arcade sur Grenfell Street. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

style victorien centre ville

Un monument au style victorien dans le centre-ville. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Une nuit dans le désert

Nous ramenons les vélos à la réception de l’auberge et partons sur les routes du South Australia. Après plus d’une heure de voiture, à la nuit tombée, nous nous arrêtons sur une aire d’autoroute, située au milieu de nulle part dans un environnement ressemblant au désert australien. Nous n’avons pas encore entamé la partie réellement désertique mais le paysage s’est quand même modifié : de grandes plaines à perte de vue, une voie rapide avec peu de passage et une terre rouge ocre.

Le froid glacial de l’air me pousse très rapidement à prendre congé. Je préfère, sans plus tarder, aller me coucher en m’emmitouflant dans les nombreuses couvertures.

Cette visite à Adelaïde ne s’est pas passée comme je l’avais imaginée. Les aléas météorologiques ont gâché ce séjour qui faisait partie d’un des temps forts du road trip. Malgré tout, je reste positif, bien d’autres activités sont à venir et la découverte de nouveaux endroits est déjà en soi une chance formidable.

Sharing is caring!

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *