Les Pinnacles et Jurien Bay, la nature à l’état brut

Sharing is caring!

La première nuit à l’arrière de Justin, notre nouveau van, a été bien plus reposante et confortable que je ne l’aurais imaginée. Protégés du froid (contrairement à la tente) avec un espace suffisant pour ne pas être gênés par les bagages (contrairement à Furiosa), nous avons pu dormir d’une seule traite jusqu’au petit matin.

La plage déserte de Kangaroo Point

Le petit-déjeuner vite ingurgité, nous partons vers notre prochaine destination, située à une centaine de kilomètres au nord de notre camping. Après Yanchep et ses kangourous, place à Nambung, un autre parc national du Western Australia, célèbre pour son paysage très atypique. Néanmoins, avant de rentrer dans le vif du sujet, nous faisons un léger détour à Kangaroo Point, une plage sauvage face à l’océan Indien.

Comme son nom le laisse penser, ce site est connu pour ses kangourous se baladant au bord de l’eau à l’apparition des premiers rayons de soleil. Le parc national, à quelques kilomètres de là, n’ayant pas encore ouvert ses portes, nous en profitons pour tenter de rencontrer de nouveaux amis à poils sautant joyeusement sur le sable. Malheureusement, nous n’aurons pas cette chance… À notre arrivée, la plage est complètement déserte. Nous restons environ une demi-heure à observer cette nature paisible (même trop paisible) avant de prendre la décision de quitter les lieux. Sans kangourou, je dois avouer que Kangaroo Point n’a rien d’exceptionnel (du moins, lorsque vous avez visité des dizaines de plages auparavant). Pour ceux ayant l’intention de préparer un road trip sur la côte ouest, je ne recommande pas spécialement de vous arrêter ici, hormis si vous désirez voir des kangourous sur la plage. Si tel est le cas, il faudra vous armer de patience et arriver extrêmement tôt sans quoi vous repartirez comme nous, bredouilles.

Kangaroo Point plage

La plage de Kangaroo Point sans kangourou… Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Océan Indien Kangaroo Point

Le calme de l’océan Indien. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

En revenant à la camionnette, nous croisons une voiture de rangers faisant une ronde matinale, sûrement pour vérifier que personne ne campe dans les parages. Je l’avais déjà dit dans des articles précédents mais je vais me répéter : le camping sauvage est strictement interdit en Australie ! Pour ceux tentés de braver cet interdit, vous encourez jusqu’à 300$ d’amende par personne (190€). Les contrôles étant très fréquents, surtout dans les parcs nationaux, je vous déconseille de camper dans des zones non autorisées. D’autant plus qu’il existe des applications comme Wikicamps qui vous donneront une liste complète de campings gratuits en fonction de votre position. Certes, il vous faudra peut-être rouler plusieurs kilomètres avant d’en trouver un mais c’est toujours mieux que de payer une prune.

Le désert des Pinnacles

Quelques minutes après avoir quitté Kangaroo Point, nous arrivons à l’entrée du parc national de Nambung. Si vous avez pris le pass vous permettant de visiter les parcs du Western Australia, comme nous l’avons fait à Yanchep, vous n’aurez qu’à le montrer à la personne au « péage » afin qu’elle vous ouvre la barrière.

L’attrait majeur de Nambung réside en son désert particulier et fascinant. Un sable fin, de couleur ocre, s’étend sur des hectares, à perte de vue. Ce paysage sec et aride est situé à seulement quelques kilomètres de l’océan Indien, que l’on peut d’ailleurs voir en arrière-plan.

Vous me direz, en quoi ce désert a-t-il de si différent comparé aux autres ? Eh bien, sa particularité porte le nom de Pinnacles. Comme vous pourrez le voir sur les photos ci-dessous, des formations rocheuses, ressemblant à des menhirs, se dressent fièrement sur les dunes de sable jaune. Éparpillés un peu partout, ces piliers créent une ambiance très étrange, comme si nous n’étions plus sur la Terre. Datant de plusieurs millions d’années, les Pinnacles sont composés de calcaire ainsi que de coquillages et peuvent atteindre jusqu’à quatre mètres de hauteur. Alors qu’il s’agit uniquement d’une œuvre de la nature, j’ai la fausse impression qu’au contraire ils ont été sculptés par l’Homme, compte tenu de leur disposition.

Pinnacles Nambung

Bienvenue dans le désert des Pinnacles à Nambung. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Nous partons à pied observer de plus près les Pinnacles et bien entendu faire des photos. Disons-le tout de suite, oui ces rochers ont une forme phallique vous faisant penser à ce que vous savez… D’ailleurs, certains touristes s’en amusent en prenant des positions plutôt tendancieuses immortalisées par leur appareil photo. La faune, peu présente, est composée uniquement de mignonnes perruches roses dont certaines ont élu domicile au sommet des « menhirs ».

Menhirs Nambung

Les « menhirs » du parc national de Nambung. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Pinnacles désert Nambung

Des Pinnacles à perte de vue. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Perruches Pinnacles

Deux perruches roses posées sur un pinnacle. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Nous marchons jusqu’au sommet d’une dune afin d’admirer le panorama et repartir ensuite vers le parking. Avant de quitter le parc national de Nambung, nous empruntons avec la voiture un chemin de terre permettant de faire un circuit dans le désert des Pinnacles. La route, à sens unique, balisée des deux côtés par de gros cailloux est très agréable (d’autant plus avec le soleil et une petite musique en fond sonore).

Nambung panorama

Panorama du parc national de Nambung depuis une dune. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Route Nambung

La route du parc national de Nambung accessible en voiture. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Balade voiture Pinnacles

Balade en voiture entre deux menhirs. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Van désert Pinnacles

Notre van, Justin, dans le désert des Pinnacles. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Après plus de deux heures à arpenter le désert en long, en large et en travers, nous disons adieu à cet endroit étrange pour retourner sur la côte. Le timing n’était pas adéquat durant notre road trip mais si vous en avez la possibilité, je vous conseille de visiter les Pinnacles en fin de journée pour profiter du coucher du soleil, puis observer les étoiles à la nuit tombée. Le spectacle est paraît-il incroyable.

L’eau bleu turquoise de Jurien Bay

Voulant en découvrir davantage sur cette région, nous nous arrêtons à Jurien Bay, une ville côtière non loin de Nambung. Nous faisons une rapide halte au centre d’information de la ville pour avoir quelques recommandations sur les attractions principales des environs. L’employée nous recommande de passer l’après-midi sur la plage à seulement quelques mètres d’ici.

Nous nous y rendons, histoire de passer une petite heure qui s’est avérée plus longue que prévue. La plage de Jurien Bay est très agréable pour une balade au bord de l’eau. Encore une fois, nous sommes quasiment seuls devant l’océan, d’un calme plat, où certaines personnes en profitent pour faire de la plongée en masque et tuba. Pour notre part, nous nous contentons de marcher sur le sable où nous croisons des cormorans et d’autres oiseaux marins plonger dans l’eau pour en ressortir quelques poissons.

Plage Jurien Bay

La plage de Jurien Bay. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Plage déserte Jurien Bay

Une plage déserte avec un sable fin et une eau turquoise. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Ponton abandonné

Un ponton laissé à l’abandon à Jurien Bay. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Jurien Bay ponton

Un cadre idéal pour une photo souvenir à Jurien Bay. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Océan Indien Jurien Bay

L’océan Indien depuis la plage de Jurien Bay. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Ce cadre idyllique nous ferait presque oublier notre programme de la journée, loin d’être terminé. Avant-dernière étape, nous partons admirer la plage de Sandy Cape. Pour cela, nous empruntons une route de terre qu’il faut prendre avec précaution surtout lorsque vous n’avez pas de 4×4. Les nids-de-poule et les graviers auront vite fait d’endommager votre voiture si vous n’y prêtez pas attention. Malgré la mauvaise route, je ne regrette pas du tout d’avoir pris ce chemin. Des dunes de sable, une plage reposante et un coucher de soleil permettent de terminer cette journée en apothéose.

Sandy Cape plage

Sandy Cape, une plage parfaite pour se relaxer. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Coucher soleil plage

Le soleil commence à descendre à Sandy Cape. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Sur un camping, vous pouvez passer la nuit à Sandy Cape contre quelques dollars. Pour notre part, ayant un budget assez serré, nous préférons trouver un lieu où dormir gratuitement. D’autant plus qu’à quelques kilomètres de là existe un parfait free camp, lui aussi en bord de mer. Nous avons la chance de trouver une place, parfaitement positionnée, juste devant l’océan. Attention, les campings gratuits pouvant être vite pris d’assaut, je vous suggère d’arriver en début de soirée pour être sûr d’avoir un endroit où garer votre voiture. Dans la nuit, beaucoup de voyageurs sont arrivés mais ont dû faire demi-tour car plus aucune place n’était disponible. Bercé par le bruit des vagues, je m’endors comme un bébé, heureux de cette deuxième journée de road trip.

Camping gratuit plage

Un lieu parfait pour passer la nuit, juste devant l’océan. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Coucher soleil camping

Coucher de soleil devant la plage de notre camping. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Sharing is caring!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *