Trek sportif au Cape Range National Park

Sharing is caring!

Malgré un temps maussade, nous décidons de partir visiter l’un des principaux parcs nationaux de la côte ouest à savoir le Cape Range National Park. Situé à quelques kilomètres d’Exmouth, Cape Range est un passage incontournable pour tous les voyageurs. De nombreuses activités « outdoor » sont accessibles à tous dont la randonnée, la plongée, la pêche, le surf… Tout ceci dans un cadre sauvage, magnifique et silencieux.

Les conseils judicieux du centre d’information

Le pass des parcs nationaux toujours en notre possession, nous faisons un court arrêt à l’entrée de Cape Range, histoire de vérifier les dates de validité de notre précieux sésame. Puis, afin de gagner du temps et optimiser notre planning, nous faisons un passage au centre touristique où nous pourrons glaner informations et conseils auprès des employés.

Arrivés les premiers, nous n’attendons pas longtemps avant d’être pris en charge par une très gentille dame. Nous lui expliquons être dans la région pour quelques jours et l’interrogeons sur les principaux sites à voir et activités à faire dans le parc. De son bureau, elle nous sort une carte et nous montre plusieurs randonnées avec à chaque fois le niveau de difficulté. En même temps, elle nous indique également les principales baies et plages où il est intéressant de faire du « snorkelling » compte tenu de la richesse de la faune et flore marine.

Avant de la quitter, l’employée du centre nous propose de louer masque, tuba et palmes pour seulement 5$ la journée. La météo étant peu favorable, nous déclinons l’offre. D’autant que le temps devrait se relever dans les jours qui suivent (raison de plus pour décaler notre baignade).

Ci-dessous, la carte de Cape Range et ses principales randonnées :

 

Marche intensive dans les gorges et vallées

La carte de Cape Range en notre possession, nous partons à l’extrémité sud pour commencer notre premier trek à Yardie Creek Gorge. La plupart des routes du parc sont accessibles à tous types de véhicules, contrairement à François Peron où seuls les gros 4×4 pouvaient circuler : gros point positif car c’est assez frustrant de ne pas avoir la possibilité de visiter de superbes paysages à cause d’un problème de transport.

Sur la route nous menant à notre prochaine destination, nous croisons à maintes reprises des kangourous ainsi que des émeus. Du coup, sécurité oblige, nous restons très vigilants quant aux déplacements de ces animaux, un accident pouvant si vite arriver (et j’en sais quelque chose).

Kangourou Cape Range National Park

Un kangourou traversant la route au Cape Range National Park. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Nous arrivons aux abords d’un estuaire donnant sur l’océan Indien. La randonnée du Yardie Creek Gorge permet de remonter le cours d’eau tout en grimpant petit à petit une falaise pour admirer le désert du parc national ainsi que le lit du fleuve. Bien qu’il y ait un ou deux passages où la montée est un peu raide, le chemin reste quand même facile et accessible à toutes conditions physiques.  Le paysage, rocailleux et sec, fait penser à celui des films de Far West, à l’époque de la ruée vers l’or où les cow-boys munis d’un tamis s’agglutinaient au pied d’une rivière, recherchant gloire et fortune.

randonnée Yardie Creek Gorge

La randonnée du Yardie Creek Gorge commence tranquillement. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Yardie Creek Gorge photo

Instant photo à Yardie Creek Gorge. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Fleuve Yardie

Le lit du fleuve Yardie. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Environ une heure de marche suffit pour terminer le trek du Yardie Creek Gorge. Pour les moins sportifs, il est aussi possible de remonter le fleuve en bateau. Des croisières (bien entendu payantes) sont organisées tous les jours à partir de l’estuaire.

Nous reprenons le van pour nous rendre au Mandu Mandu Gorge pour une nouvelle marche. Celle-ci est, par contre, beaucoup plus physique que la précédente. Tout d’abord, nous traversons un chemin de galets, coincé entre deux montagnes, sûrement le lit d’une ancienne rivière, aujourd’hui asséché. Si vous prêtez attention aux falaises, vous pourrez apercevoir des Petrogale Lateralis, plus communément appelés wallabies des rochers. Ces petits marsupiaux, plutôt craintifs, vivent sur des falaises difficiles d’accès afin de se protéger de potentiels prédateurs. N’ayant pas peur du vide, ces derniers sautent de roche en roche pour se déplacer à plusieurs mètres de hauteur. Le moindre faux pas entraîne, à coup sûr, la mort mais tel est le risque à prendre pour vivre en sécurité (ce qui paraît très paradoxal, je vous l’accorde). Vous l’aurez compris, inutile d’essayer de les approcher, hormis si vous êtes un grimpeur aguerri et encore, le temps que vous escaladiez la falaise, les wallabies seront déjà partis depuis longtemps.

Mandu Mandu Gorge lit asséché

L’ancien lit d’un fleuve à Mandu Mandu Gorge. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Mandu Mandu Gorge Falaise

Les falaises entourent le chemin de randonnée de Mandu Mandu Gorge. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Wallabies des rochers

Un wallaby des rochers à Mandu Mandu Gorge (c’est la meilleure photo que j’ai pu faire). Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Au bout d’un moment, le sentier change de direction pour entreprendre l’ascension d’un col. C’est à partir de ce point que la randonnée devient plus intense. Sur le chemin, nous dépassons à plusieurs reprises des groupes de randonneurs fatigués ayant décidé de faire une pause pour reprendre leur souffle. Même si ce n’est pas d’une dangerosité extrême, il vous faudra faire attention où vous mettez vos pieds pour ne pas glisser.

Mandu Mandu Gorge trek

Marche sportive pour rejoindre le sommet à Mandu Mandu Gorge. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Mandu Mandu Gorge

Mandu Mandu Gorge depuis les hauteurs d’une falaise. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Vallée Mandu Mandu Gorge

La vallée de Mandu Mandu Gorge. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Arrivés au sommet, il est temps de redescendre pour rejoindre notre point de départ. Bizarrement, je trouve la descente plus compliquée que la montée mais, je vous rassure, celle-ci est faisable.

Parcours de santé sur la plage

Après deux treks dans les falaises, nous retournons au bord de l’eau, sur une surface plane. Direction, Mangrove Bay non loin du centre d’information. Comme son nom l’indique, cet endroit abrite des mangroves. Cependant, ces dernières ne sont pas assez denses pour constituer une forêt à part entière comme j’ai pu en voir lors de ma visite à Cape Tribulation dans la région de Cairns.

Mangrove Bay

Mangrove Bay. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Mangrove Bay balade

Réflexion sur la plage de Mangrove Bay. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Cette balade sur la plage est très agréable mais vite écourtée par une météo qui se dégrade de plus en plus. Le vent se renforce et des petites gouttelettes commencent à tomber…  De toute façon, le programme de la journée touchant à sa fin, nous quittons le Cape Range National Park que nous retrouverons le lendemain.

Sur la route nous ramenant au camping, nous faisons encore deux derniers arrêts. Tout d’abord au Jurabi Sanctuary Zone, un site protégé où les tortues viennent y pondre leurs œufs avant de repartir à la mer. Cela doit être un très beau spectacle à voir. Malheureusement, nous n’arrivons pas à la bonne saison. Du coup, nous nous contentons de lire les panneaux expliquant le mode de vie et l’habitat des tortues marines ainsi que d’une marche sur la plage où la ponte est censée avoir lieu.

Jurabi Sanctuary Zone

La tortue, emblème du Jurabi Sanctuary Zone. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Jurabi Sanctuary Zone

Balade sur la plage de Jurabi Sanctuary Zone. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Nous terminons notre visite par le phare, le Vlaming Head Lighthouse, situé juste à côté de notre camping et en profitons pour admirer la vue sur la côte où les vagues se déchaînent.

Vlaming Head Lighthouse

Notre camping depuis le Vlaming Head Lighthouse. Crédit photo : CHAN OU TEUNG Fabien

Cette première visite du parc national de Cape Range est un vrai émerveillement. La partie randonnée est très intéressante bien que nous n’ayons pas eu le temps de tout faire. Il existe un autre trek vers le Charles Knife Canyon mais son accès est à l’opposé de l’entrée principale du parc (pour cela, il faut reprendre la route comme si vous repartiez sur Coral Bay avant de bifurquer sur Charles Knife Road et rejoindre l’entrée est).

Si la météo le permet, demain, nous devrions découvrir un autre aspect du parc, plus aquatique et rafraîchissant.

Sharing is caring!

2 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *