Clap de fin : derniers instants à Karijini et retour à Perth…

Sharing is caring!

Les deux derniers jours au Karijini National Park ont été les meilleurs en termes de randonnée. Routes sinueuses, difficiles d’accès, voire dangereuses à certains endroits mais toujours magnifiques, offrant les plus belles richesses que la nature peut offrir (cascades, panoramas, rivières…). Tout au long de cet article, entre textes et photos, venez découvrir les principaux treks de Karijini.

La traversée sportive d’Hancock Gorge

Comme peut l’indiquer le titre ci-dessus, les randonnées de ces gorges ne sont pas à la portée de tous. Avant de vous lancer, évaluez vos compétences sportives et physiques afin de juger vos capacités à traverser Hancock Gorge. Cela vous évitera des blessures inutiles voire pire… Et je peux vous dire que s’il faut appeler les secours, ces derniers n’arriveront pas avant plusieurs heures afin de rejoindre votre position (si, toutefois, vous pouvez les contacter car bien entendu le réseau ne fonctionne pas très bien dans les parages).

Mais tout d’abord, commençons par la première difficulté, à savoir la route menant du camping aux gorges. Je crois que c’est l’une des pires de Karijini. Durant des kilomètres, vous devrez emprunter un chemin de terre avec des pentes raides et des nids de poule de la taille de crevasses. Si vous avez un 4×4, vous n’aurez aucune difficulté. Pour les autres, évitez de rouler trop vite mais surtout vérifiez que votre voiture ne soit pas trop basse (afin de pouvoir passer certaines montées sans endommager le châssis).

Cette épreuve passée, les randonnées peuvent commencer. Pour démarrer, nous nous rendons à l’Oxer & Junction Pool Lookouts, un panorama où vous pourrez contempler, du haut d’une falaise, les gorges. Pour admirer la vue, vous n’aurez aucun problème, le chemin étant large et plat (même les voitures peuvent y passer).

Nous restons plusieurs minutes devant ces roches de couleur ocre où traverse une petite rivière, sûrement formée par les nombreuses averses durant la saison des pluies. D’ici, nous réalisons très vite qu’il va falloir descendre la falaise sur laquelle nous sommes afin de rejoindre les principaux treks. Pour ceux ayant le vertige, il va falloir dépasser votre phobie du vide. Seul chemin, un « escalier » raide, se finissant par une échelle en bois vous permettra de rejoindre les bas-fonds d’Hancock Gorge.

Oxer & Junction Lookouts

Panorama sur la vallée à Oxer & Junction Lookouts. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Panorama Hancock Gorge

Panorama sur Hancock Gorge. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Rivière Hancock Gorge

La rivière traversant la vallée d’Hancock Gorge. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Par la suite, nous devons traverser des sentiers parfois inondés où nous sommes contraints d’enlever nos chaussures et retrousser nos shorts pour éviter d’être trempés (enfin essayer de minimiser les dégâts). Pour ma part, j’opte pour un maillot de bain, solution la plus simple. À certains endroits, il est possible d’éviter la nage en escaladant la roche. Ceci est surtout faisable sur la dernière partie du trek menant à la première attraction d’Hancock Gorge : The Amphitheatre. Si vous n’avez pas la condition physique pour, vous devrez vous immerger presque entièrement. Donc, petit conseil, laissez vos affaires derrière vous avant de passer ce dernier obstacle.

Chemin immergé Hancock Gorge

Pour continuer la randonnée, il va falloir retrousser son pantalon… Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Escalade roche Hancock Gorge

Deux solutions pour traverser cette partie du trek… Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Escalade roche Hancock Gorge

Soit escalader la roche comme je l’ai fait. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Traversée Hancock Gorge Karijini

Soit traverser à la nage comme ce couple de chinois. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

De l’autre côté, vous pourrez admirer The Amphitheatre, qui, comme son nom l’indique, à la forme d’un amphithéâtre tel que ceux construit par les Hommes à l’époque Gallo-Romaine. Avant de continuer, reprenez votre souffle car la suite est encore plus intense.

The Amphitheatre Hancock Gorge

The Amphitheatre. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Amphitheatre rivière

Le lit de la rivière traversant The Amphitheatre. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Amphitheatre Hancock Gorge

Vue sur l’Amphitheatre d’Hancock Gorge. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Nous suivons le cours de l’eau qui nous amène au Spider Walk (ou la marche de l’araignée en français). Cette partie de la randonnée vous demandera un peu d’adresse car ici pas de chemin. En effet, l’eau en dessous de nos pieds et l’accès étroit nous demandent de nous appuyer de chaque côté de la roche afin d’avancer dans ce dédale. À la force des bras et des jambes, nous traversons le Spider Walk qui n’est pas aussi compliqué que je me l’imaginais (mais pour des enfants ou des personnes âgées, je pense que c’est à éviter).

Spider Walk Hancock Gorge

Le fameux Spider Walk. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Spider walk traversée

Je vous montre la meilleure façon de traverser le Spider Walk. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Clou du spectacle (et du trek), nous arrivons à une piscine naturelle, baptisée Kermits Pool. Malgré l’eau très froide, je décide de plonger dedans pour me rafraîchir un peu avant de rebrousser chemin. Car oui, impossible de continuer droit devant puisque le Kermits Pool se termine en chute d’eau. Cette partie du trek est uniquement réservée aux personnes faisant de la varappe, ayant l’équipement adéquat et accompagnées d’un guide connaissant parfaitement Karijini.

Kermits Pool Hancock Gorge

Après le Spider Walk, place à Kermits Pool. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Du coup, nous partons en sens inverse, reprenons le Spider Walk, passons par The Amphitheatre, escaladons la roche et traversons les chemins immergés. Entre l’allée et le retour, il nous faudra plusieurs heures avant de retourner à la voiture et partir à notre deuxième destination de la journée.

« Peur » à Weano Gorge

Si vous pensez que la randonnée d’Hancock Gorge est difficile alors ne tentez pas celle de Weano Gorge ! Bon j’exagère un peu, le trek dans cette autre partie de Karijini est à la portée d’un grand nombre de personnes. Il faut juste faire attention où l’on met ses pieds et avoir les bonnes chaussures car le sol est extrêmement glissant. Ici, la randonnée est parsemée de piscines naturelles, les Handrail Pool, alignées les unes après les autres. Entre chacune d’elle, un chemin ressemblant étrangement au Spider Walk vous permettra d’accéder aux piscines. Profitez-en pour vous y baigner, après tout vous n’y reviendrez pas très souvent.

Randonnée Weano Gorge

Début de la randonnée à Weano Gorge. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Chemin Weano Gorge Karijini

Ce chemin à Weano Gorge me fait penser au Spider Walk. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Chemin weano gorge Karijini

Attention où vous mettez les pieds, un accident est vite arrivé. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Weano Gorge traversée

Passage obligatoire pour continuer notre trek à Weano Gorge. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Handrail Pool piscine Karijini

Les piscines naturelles d’Handrail Pool s’enchaînent les unes après les autres. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Handrail Pool Weano Gorge

Il s’agit de la piscine naturelle la plus importante de Weano Gorge. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Handrai Pool piscine naturelle

Une autre piscine naturelle à Handrail Pool. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Même chose qu’à Hancock Gorge, pour sortir de là, il faudra reprendre le même chemin en sens inverse. Sans se presser, profitant pleinement de ces paysages brutes et sauvages, nous terminons Weano Gorge en milieu d’après-midi ce qui nous laisse plusieurs heures pour profiter de notre dernière étape, beaucoup plus facile que les deux précédentes.

Baignade à Joffre & Knox Gorges

Après tous ces efforts, nous avons pleinement mérité de nous reposer un peu au bord de l’eau. Rien de mieux que les Joffre & Knox Gorges pour cela ! Bon, pour y accéder, il est encore nécessaire de descendre une falaise mais rien de bien méchant. En bas, une rivière permet de se poser pour bronzer. En amont de celle-ci, vous pourrez contempler une superbe cascade s’écoulant depuis le sommet, là où nous avons débuté notre randonnée.

Joffre & Knox Gorges panorama

Joffre & Knox Gorges du haut de la falaise. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

rivière Joffre & Knox Gorges

La rivière traversant Joffre & Knox Gorges. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Cascade Joffre & Knox Gorges

La cascade de Joffre & Knox Gorges. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Cascade Karijini Joffre & Knox Gorges

Un petit coin de paradis entre deux falaises. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Comme toutes les randonneuses et tous les randonneurs, nous nous installons sur une roche et partons nous baigner jusqu’à ce que le soleil annonce prochainement la fin de la journée. Sans plus attendre, nous repartons à la voiture et retournons à notre camping pour notre dernière soirée au parc national de Karijini ☹

Adieu Karijini…

Nous arrivons au camping au moment parfait afin de profiter du coucher du soleil. Ce dernier vêt une robe d’une couleur dégradée, partant du jaune pour passer à l’orange puis au rose pâle. Cette couleur atypique et apaisante créé un effet de relief sur les nuages que je n’avais encore jamais vu en Australie.

Coucher de soleil Karijini

Dernier coucher de soleil à Karijini. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Une fois ce spectacle terminé, nous partons nous coucher et nous remémorons tout ce que nous avons pu voir durant les jours passés à Karijini. Bien que je n’aie pas fait tous les parcs nationaux, je pense que celui-ci fait partie des incontournables. Ayant visité ceux de la Gold Coast, du nord du Queensland mais également celui de Sydney ou encore tous ceux de la côte ouest, Karijini National Park a une place à part qui vaut le coup de découvrir.

Le lendemain matin, il est temps de ranger les affaires et de quitter cet endroit magnifique. Mais avant de partir, nous redescendons rapidement aux Dales Gorge pour contempler une cascade que nous avions oubliée durant notre visite le premier jour. Il s’agit de Fern Pool, une petite piscine naturelle, située en aval de Fortescue Falls.

Fern Pool Dales Gorge

La piscine naturelle de Fern Pool. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Fern Pool

Dernières minutes et dernière photo au parc national de Karijini. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Ce dernier regard clôt en beauté notre aventure ici ainsi que notre road trip sur la côte ouest. Il est désormais temps de rentrer sur Perth, afin de rendre notre van.

Étant donné qu’il n’y a pas grand-chose à raconter sur le retour à la capitale du Western Australia, j’ai décidé de ne pas écrire d’article supplémentaire. Mis à part deux jours de route en plein désert où nous avons rencontré des kangourous (vivants et morts) ainsi que des convois spéciaux d’énormes camions utilisant deux voies, je ne vois pas ce que je pourrais ajouter d’autre.

Convoi Australie

Un convoi spécial en plein milieu du désert australien. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Camions route désert

Certains camions peuvent être longs… Très longs ! Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Ah oui, avant de retourner à l’agence de location du van, nous avons fait un détour de quelques heures au Yanchep National Park afin de voir une dernière fois les koalas du parc et être entourés de petits kangourous peu farouches. Juste après ça, nous disons adieu à notre van, Justin, qui nous a permis de découvrir la beauté de la côte ouest de l’Australie. Je n’oublierai jamais cette expérience incroyable, la meilleure partie de mon road trip, ayant débuté quelques mois de cela à Surfers Paradise.

Koala Yanchep National Park

Adieu les koalas de Yanchep National Park. Crédit photos : CHAN OU TEUNG Fabien

Et adieu l’Australie 

Qui dit fin du road trip, dit également fin de mon aventure australienne. Je savais que ce jour devait arriver mais je ne pensais pas qu’il viendrait aussi rapidement. Et oui, déjà deux ans, deux ans que je vis ici et où j’ai pu m’épanouir pleinement grâce aux diverses rencontres et aux nombreux voyages à travers le continent. Je me souviendrais plus particulièrement de certains temps forts tels que :

  • Mon arrivée à Sydney et la connaissance d’Aricia, la première personne que j’ai rencontrée ;
  • Ma rencontre avec Nina et Fabiolà à l’auberge de jeunesse ;
  • Mon expérience de travail industriel à Cairns où j’ai pu faire connaissance avec Adrien ;
  • Mon road trip sur la côte est avec Mathieu où nous avions visité des endroits paradisiaques, notamment Magnetic Island, Fraser Island, Noosa et surtout les Whitsundays ;
  • Le mois passé à surfer à Byron Bay ;
  • Mes six mois sur la Gold Coast ainsi que les bons moments passés avec mes collègues de travail et amies Peiling et Rafaela ;
  • Et enfin, le dernier road trip avec les lions de mer, les requins baleines, sans compter les paysages sauvages, jamais vu ailleurs.

Même si ça n’a pas été tout rose, je n’ai aucun regret si ce n’est de ne pas avoir été capable de rester de manière durable en Australie. Les entreprises proposant des « Sponsorship Visas » sont très rares. Je n’ai pas eu la chance d’en rencontrer une et je dois malheureusement rentrer en France, ma patrie d’origine. Bien évidemment, je suis heureux de retrouver ma famille, mes amis et la cuisine française ! Seulement, je suis très triste de quitter le mode de vie à l’australienne cool, sans prise de tête, avec un rapport avec le travail plus sain et moins stressant qu’en France. Enfin, c’est comme ça, il faut l’accepter et tourner la page comme je l’ai fait lorsque j’ai quitté la France.

Cet article clôt mon expérience australienne de deux ans. Mais n’ayez aucune crainte, je continuerai d’écrire sur ce blog. Je pense que les sujets auront principalement attrait à la thématique du voyage mais rien n’est sûr pour le moment. Pour ceux qui ne le savent pas, j’ai un autre blog que j’avais commencé avant d’intégrer la communauté Mondoblog. Sur celui-ci, j’ai décrit toutes mes aventures en Australie depuis le jour de mon arrivée là-bas. Si vous souhaitez en découvrir davantage, je vous propose d’aller y jeter un coup d’œil. L’adresse est : www.fabienaupaysdoz.com

Voilà, il ne me reste plus qu’à vous donner un dernier conseil : partez sans plus attendre en Australie, vous ne le regretterez pas !

Sharing is caring!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *